Modèle 1-7 Mathématiques, philosophie des mathématiques et mondes possibles

Métaphysique et mathématiques :

– Une autre approche de la philosophie des mathématiques incluant une métaphysique des mondes possibles selon le Modèle I. Schéma triptique mathématiques – mondes – personnes. Proposition d’une méthode permettant de reconstruire le questionnement de la philosophie des mathématiques à partir des entités que sont les mondes à une personne : Werson et Wirson. Echelle d’objectivité/subjectivité : place du modèle I sur ce modèle, place des Werson et Wirson. Ligne de vie et existence.

– Exemples montrant l’importance des mathématiques dans le développement métaphysique du modèle I : géométrie classique, projective, arithmétique, analyse. Mises en évidence des terribles Paradoxes des Wirson/Werson avec les mathématiques de Borel sur l’intervalle 0-1 et selon la connexion ensemble-fonction. Bibliographie : « Philosophie des mathématiques » : Jean-Claude Dumoncel. chapitre « L’invention de Borel »

Modèle 1-6 : singularités, restrictions du Modèle I. Comparaisons avec les modèles à monde unique et à monde parallèles stricts ou divergents.

Hello, Hello, au menu de cette 6ème émission : singularités, restrictions du Modèle I.
Comparaisons avec les modèles à monde unique et à monde parallèles stricts ou divergents.
Exemples tirés de fictions (Philipp K Dick, Borgès, Juif errant), de la physique quantique.

Modèle 1-5 : théorie de l’actualité intermondaine

Dans cette cinquième émission, une courte présentation de notre théorie de l’actualité intermondaine portant sur le Modèle I avec les notions d’actuel, de possible, d’épaisseur de monde, d’impossible, de contingent synchronique, diachronique👀😉

Modèle 1-4 : Personne, Monde, Espérance et Voyage

TPME = V
Représentations à l’appui, dans cette quatrième vidéo portant sur le Modèle I métaphysique des mondes possibles, nous verrons en détail les notions de Temps, Personne, Monde, Espérance et de Voyage, et découvrirons cette équation altermondaine.
Bon voyage intermondain!

Modèle 1-3 : Représentations

Au programme aujourd’hui dans cette troisième émission, trois représentations visuelles du Modèle I de la métaphysique des mondes. Introduction à la géométrie de l’existence.
Notions de ligne de vie d’une personne et de ligne d’actualité.
Définitions géométriques de la mort et de la naissance.
(Aboiements de Loulou en bonus 😅)

Modèle 1-2 : les origines littéraires du modèle métaphysique I des mondes possibles

Voici la seconde émission qui traite des origines littéraires de la métaphysique des mondes du Modèle I (modèle qui sera détaillée dans la prochaine émission qui sera diffusée mercredi). A noter, l’apparition en guest star de Loulou 

 

Modèle 1-1 : Présentation

Hello, hello,
j’ai le plaisir de vous annoncer l’ouverture de ma chaîne Youtube et de mon émission Espérance Altermondaine. Au menu, de la métaphysique portant sur les mondes possibles, la question du temps, de la personne, la notion d’espérance altermondaine, l’apport des mathématiques, des physiques à la métaphysique…
On commence aujourd’hui en douceur avec la première des huit émissions portant sur le Modèle I des mondes.
Pour ne pas rater les émissions altermondaines suivantes, abonnez-vous! N’hésitez pas à partager aux personnes qui pourraient être intéressées

Carnet de Court-Circuit

Comme c’est une question qui revient souvent, voici le lien pour commander mon dernier livre le Carnet de Court-Circuit et le recevoir rapidement au format papier:

https://www.amazon.fr/Carnet-court-circuit-Fr%C3%A9d%C3%A9ric-Bernicot/dp/2414178779

Au format numérique :

https://www.edilivre.com/carnet-de-court-circuit-27d10e55fe.html/

Voici le quatrième de couverture :

« Dans mon enfance, il m’est arrivé d’avoir ce que j’appelle des « microcoupures », très courtes, sans incidence ; aux autres inaccessibles. Elles intervenaient en intérieur, sous l’impulsion d’un éclairage puissant, artificiel.

C’était comme si le temps, d’ordinaire continu et plein, s’ouvrait. Le corps figé une seconde, je plongeais dans un autre état, vers des profondeurs insondables, d’où je ne pouvais retenir aucun souvenir, ramener aucune image.

Où allais-je ? »

Ce journal fictif, qui précède et accompagne les événements de janvier 2015, questionnera avec une mauvaise foi poétique notre rapport à l’idéologie, à la création et à la littérature, à l’utopie et à l’amitié, à la maladie et à la mort.

Frédéric Bernicot est docteur en pharmacie. Après Le Gardien du dernier poison, il poursuit avec le Carnet de Court-circuit son exploration littéraire de l’existence humaine.

Le gardien du dernier poison

Suite à quelques demandes, voici quelques éléments sur mon livre le Gardien du dernier poison 

« Si la signification du terme suicide est universelle […] je préfère parler d’autolyse pharmaceutiquement assistée […] ce qui signifie la mort de soi-même, par soi-même, via l’administration d’un poison délivré sous la responsabilité d’un pharmacien, ceci étant bien sûr illégal dans notre pays, même s’il n’est pas illégitime d’y penser… »

Cette fiction, liée à une quête de philosophie existentielle, conduira François Mével, pharmacien condamné par la maladie, à dépasser la contradiction présente dans le mythe de Sisyphe ; mais par quelle voie – la révolte, la résignation… – réussira-t-il à briser ou, simplement, à confirmer la parole d’Albert Camus : « Tout l’être s’emploie à ne rien achever » ?

https://www.edilivre.com/le-gardien-du-dernier-poison.html…

Cinq conseils puissants pour écrire un premier livre

fountain-pen-442066__180

De votre plume forgée, jaillira votre langue!

Bien que pour certains évidents, ces conseils sont puissants dans le sens où ils peuvent être lus et relus, dans la mesure où ils peuvent être utilisés pour un second livre ou par un auteur confirmé, enfin car ils incitent à l’innovation, à la création d’une voie d’écriture propre et non à la répétition ou à l’imitation.

1- Écrire ce que l’on connaît, savoir de quoi l’on parle

Pour mon premier livre publié, j’ai pris comme personnage un pharmacien (je suis docteur en pharmacie). Ainsi, je n’ai pas eu besoin de faire beaucoup de recherches et j’ai pu me consacrer à la conception de mon histoire et à l’écriture du texte. De plus, cela m’aura conféré de l’autorité lors de l’édition et de la promotion.

Contre-exemple 1 : travailler pendant des années sur un sujet qui le nécessite et réussir un coup de maître: je pense, entre autre, aux Les Bienveillantes du très vite grand Littell.

2- Avoir confiance en son potentiel créateur

Même si vous n’avez pas encore écrit de gros pavé, il faut un début à tout. Vous avez des histoires à raconter, sans doute de belles choses à apporter au monde, et elles ne demandent qu’à sortir. Tentez de lire, et de croire en vous-même, avant d’écrire!

Contre-exemple 2 : avoir confiance en soi : pas si évident, pensez à Flaubert avant d’écrire ses premiers grands textes, l’un des maîtres du doute en soi, en littérature.

3- Réfléchir d’abord, renseignez-vous, mais pas trop longtemps

Vous pouvez chercher la structure de votre histoire, vos personnages, vos situations, élaborer un plan, faire des recherches sur le sujet que vous souhaitez aborder, étudier la dramaturgie, le storytelling, vous pouvez lire d’autres auteurs, etc. mais surtout ne tardez pas à écrire; car c’est en écrivant qu’on devient écrivain. Cela peut sembler évident, mais c’est en remettant sans cesse son métier que l’on progresse et que l’on avance.

Contre-exemple 3 : n’écrire qu’un livre, mais attendre sa docte vieillesse (qui vient avec sagesse) pour s’assurer qu’on (ce grand con) est prêt à l’offrir au monde, cette oeuvre d’art qui viendra accomplir une existence

4- Écrire simplement, être soi-même, authentique

Lancez-vous, même si vous ne connaissez encore les tenants et les aboutissants de votre récit, même si vous ne connaissez votre style. Il sera temps ensuite de corriger la structure, de retravailler votre syntaxe, d’enrichir votre vocabulaire. Laissez-vous aller et autorisez-vous à écrire simplement pour le premier jet, comme vous êtes, comme les choses vous viennent.

Bref, ouvrez-vous au monde! vous pourrez ensuite rectifier le tir.

Contre-exemple 4 : Est-on jamais soi-même? l’authenticité n’est-elle pas une illusion? N’y a-t-il pas un grand auteur qui continuait à se peindre en mouvement, portant un médaillon où était inscrit: « Qui suis-je? », un sceptique que tout le monde connaît et qui porte le nom de Montaigne?

5- Écrire régulièrement

En particulier au début, prenez l’habitude d’écrire régulièrement; instaurez un rituel (bureau, café, crayon ou clavier, etc comme vous voulez, comme vous le sentez).

Le cerveau se muscle avec l’habitude et vous serez surpris de ce que vous écrirez. Ce sera d’ailleurs le charme principal de cette aventure : ne pas nécessairement savoir où vous allez, mais savoir que vous allez, que vous vous en tirerez si vous gardez foi en vous.

Contre-exemple 5 : voyez Salinger, plus d’entretien et pas un seul livre en quarante ans;

———-

Conseil subsidiaire : il vous faudra RECOMMENCER!

L’enjeu ne doit pas vous empêcher d’écrire. La finalité de l’écriture non plus. Le plus important au départ est d’écrire.

Bien entendu, personne ne vous obligera à publier votre premier écrit.

Prenez de la distance, surtout si vous pensez qu’il est génial ou nullissime; relisez-vous quelques semaines plus tard, faites-le lire par une personne expérimentée et non complaisante.

Il est tout à fait possible que votre premier écrit ne soit pas un chef d’oeuvre. Alors, il vous faudra recommencer. Une fois encore, c’est en écrivant…

Et si vous avez la chance de connaître le succès, là-aussi, vous serez tenté de recommencer.

Donc, quoi qu’il en soit, vous réécrirez, et, vraisemblablement, vous progresserez.

Pour finir le conseil (mal placé) d’Ernest Hemingway à Scott Fitzgerald :

« Écrire, encore écrire; des mauvais livres naîtront les bons livres, et à la fin tout ira bien. »

C’est tout ce que je vous souhaite.

Alors, à vos plumes et à vos claviers!

(Crédit photographique : https://pixabay.com/fr/users/422737-422737/)